retour accueil Musique Théâtre Danse Livres Cinéma Arts plastiques Cirque Patrimoine Musée

Alain Bisson

Né en 1934 à Montluçon, Alain Bisson fait ses études à l’Université de Clermont Ferrand puis expose dans des Galeries montluçonnaises.

Il est membre fondateur du groupe international les 9+, membre du groupe international allemand INT’ 75, membre de l'A.I.A.G (Association of International artists based in Germany), membre du groupe Rencontres.

Il a été primé à de nombreuses reprises : Grand Prix de la Ville de Montluçon en 1963, Prix de composition 1963, Mention au Prix de Vichy 1964, Prix Abstrait 1969 et 1974 , Prix du Conseil départemental de l'Allier en 1975.

Il n’est pas facile de traiter les ombres et les lumières, la force et la douceur, le clair et l’obscur quand on travaille le noir et le blanc. Pourtant, Alain Bisson parvient à merveille à trouver le ton juste.

Dans son coup de pinceau, chaque gouache, chaque huile fait découvrir la force de tempérament de cet homme à travers une peinture graphique où l’étrange se marie avec l’univers. Les toiles de Bisson nous entraînent dans l’espace, l’espace-temps, espace vital, espace incertain où tout explose et implose. Tout dans les traits portés sur la toile révèle le cosmique, l’insaisissable ; c’est doux et puissant à la fois, comme ces somptueuses images d’orages qui émerveillent nos yeux mais qui annoncent aussi la puissance de la foudre et le vent violent.
Tout vibre dans l’œuvre d’Alain Bisson.

Comme un enfant prenant vie dans le ventre de sa mère, les toiles deviennent de véritables échographies surréalistes. Il se passe tellement de choses dans l’organisation des formes, des nuances et de la dynamique créative, le vertige du noir et blanc est alors mouvant, sensuel, chaleureux, on assiste à un message originel en mouvement.

C’est pourquoi l’artiste refuse d’analyser son travail. Chacun doit y découvrir le message qui lui est personnel. On s’identifie ou non, mais l’émotion passe forcément suivant l’œil qui regarde, découvre, cherche et admire l’infini, là devant soi, fragile, impalpable mais tellement présent comme si l’artiste était parti dans un autre monde ou à bord d’un fusée relatant l’histoire d’une planète puis d’une autre et encore une autre, comme des clichés sortis tout droit d’un appareil photo.

Alain Bisson a mis l’invisible à notre portée.

En avril 1993, Alain Bisson a prouvé en écoutant Mozart et son Don Giovani, Schubert et son quartet à cordes ou Poulenc et Bach, qu’il pouvait transférer sur la toile les sentiments que cette musique lui inspirait. Il a réussi cette expérience extraordinaire et présenté le résultat en Allemagne à la Galerie Hagenring à Hagen, ville jumelée avec Montluçon. Il a pu donner libre cours à la gestuelle, à la douceur ou à la violence de morceaux musicaux sur lesquels il peignait. Ce travail d’aquarelles, renforcé par un graphisme à la plume, a trouvé avec cet artiste une dimension personnelle originale, explorant une idée qui depuis longtemps lui tenait à cœur. En effet, très longtemps tourné vers l’abstrait, Alain Bisson permit à son style de s’orienter vers une dimension nouvelle.

Alain BissonAlain Bisson

Galerie des oeuvres

Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Enregistrer cette page dans vos favoris.

Vous souhaitez organiser
un concert,
animer votre commune,
programmer un spectacle
de danse
ou accueillir une compagnie
en résidence ?

Le Conseil départemental de l'Allier peut soutenir votre projet

Voir toutes les aides